Big trouble

20.03.14 / Divers / Author:

John Cassavetes ne nous avait pas habitués à la comédie burlesque. Mais quand on dispose d’un tandem aussi désopilant que celui de « Ne tirez pas sur le dentiste », Peter Falk et Alan Arkin, pourquoi se priver ? Ces vieux complices forment ici un redoutable duo d’escrocs aux assurances. Leonard Hoffmann (Alan Arkin), honorable assureur, désirant envoyer ses trois fils à l’université de Yale, a de gros besoins financiers. Pour réunir l’argent, il se laisse entraîner dans une combine tordue par Steve Rickey (Peter Falk) et sa finaude épouse Blanche (la délicieuse Beverly D’Angelo). Bien sûr, leur système infaillible pour détourner une assurance-vie va rencontrer bien des obstacles. Ces associés mal assortis réussiront-ils à mettre sur pied leur arnaque ou bien en seront-ils les premières victimes ? Sous la houlette de Cassavetes, nos joyeux aigrefins font des étincelles !

Cordes et discordes

Cordes et discordesSean est le roi des polars best-sellers. Mais c’est sa vie privée qui est une vraie série noire. Les femmes se succèdent et toutes, au moment de la rupture, prennent le malheureux à la gorge. Une pension alimentaire par-ci, un procès en paternité par-là. Sean veut être aimé pour lui, pas pour son argent. Daisy est peintre. Du talent, mais pas d’argent, et une vie sentimentale en déroute. Pour l’instant, une liaison avec un riche avocat. Mais c’est dur de faire semblant d’aimer. Et voilà que pendant une soirée huppée où ils étaient invités, Sean et Daisy se retrouvent ligotés, nus, l’un contre l’autre. Tout ça à cause d’un vol à main armée inattendu. S’étant connus dans le plus simple appareil, l’écrivain et le peintre décident de continuer leurs relations. Mais cette fois, Sean se méfie. Il fait croire qu’il est un artiste raté. Sous des dehors de critiques sociales (l’égoïsme des gens, les rapports d’argent dans un couple), la comédie est gentille et finit par forcer la sympathie. D’autant plus que, pour une fois, elle est animée par un couple qui ne joue pas sur le glamour. Les situations sont souvent prévisibles, mais on y prend quand même un certain plaisir. C’est un peu comme retrouver un lieu de son enfance : ça a parfois vieilli, mais ça a toujours du charme.

Comments: 0

Leave a Reply

« | »