A double tranchant

09.07.15 / Divers / Author:

A double tranchantPage Forrester, l’héritière d’une riche famille de San Francisco, est sauvagement assassinée. Son mari, absent pendant le drame, est aussitôt soupçonné. Jeune patron de presse séduisant, il est le seul bénéficiaire de la fortune de sa femme. De plus, le crime a été commis à l’aide d’un couteau de chasse lui appartenant. Réfutant les accusations portées contre lui, il choisit de se faire défendre par Teddy Bernes, une brillante avocate. Convaincue de l’innocence de son client, elle décide de se lancer à fond dans l’affaire. Glenn Close interprète un personnage mis sans cesse à l’épreuve des sentiments. Sa quête d’amour et d’authenticité l’entraîne dans les méandres d’une investigation qui endort sa perception des événements. Elle aime Jack Forrester et elle veut absolument avoir raison. Richard Marquand a réuni tous les ingrédients pour que «A double tranchant» entraîne progressivement le spectateur dans l’énigme, et que le grain de sable final vienne le faire basculer dans l’horreur. L’horreur d’une liaison dangereusement fatale ! Sir Alfred n’aurait certainement pas fait mieux.

Romuald et Juliette

Romuald et JulietteLe triomphe inespéré (et exorbitant) de «Trois hommes et un couffin» fit qu’on attendait au tournant Coline Serreau. De nouveau, voici une comédie qui prend à rebrousse-poil. Mais après l’attendrissement des papas improvisés, le thème de «Romuald et Juliette» dérange davantage puisqu’il s’agit de l’idylle du jeune PDG égoïste arrogant (Daniel Auteuil) et de sa… femme de ménage martiniquaise (Firmine Richard Leauva). Celle-ci est-elle une reine de beauté sexy ? Vous n’y êtes pas Juliette à quarante-cinq ans, elle est mère de famille nombreuse. Alors quoi, est-ce une bombe sexuelle, et Romuald est-il frappé par un coup de foudre ? Pas davantage. Il mettra longtemps, d’ailleurs, à tomber dans les bras de Juliette. Alors bien sûr, on peut considérer que Coline Serreau est une douce utopiste et que son histoire est un rêve de réconciliation sociale. Sans doute, mais ce rêve est truffé d’éléments réalistes. C’est fou et pourtant on y croit.

Comments: 0

Leave a Reply

« | »